LE NUMÉRO 6 DE LA TOPETTE SORT LE 1er DÉCEMBRE


Couverture illustrée par M.LeRouge.

Le numéro 6 de la Topette arrive en kiosques. Il sera livré entre le 27 novembre et le 3 décembre dans nos différents points de vente, dont vous pouvez retrouver la liste ici.

Pour les abonnements, à partir de 12 euros par an, c’est par .

AU SOMMAIRE :

Hôpitaux du Maine-et-Loire : quand le patient devient client 
Depuis quelques années, une start-up a fait son apparition au sein de l’hôpital public. Dans les établissements d’Angers, Cholet et Saumur, Happytal propose des services payants de conciergerie, comme la livraison de journaux ou de viennoiseries en chambre. Derrière une communication bien rodée prônant l’amélioration des conditions de séjour des patients, se cachent des enjeux bien plus profonds et problématiques.

Méthanisation : la campagne met les gaz
Pour atteindre ses objectifs en matière d’énergies renouvelables, l’État encourage depuis plusieurs années les agriculteurs à se tourner vers la méthanisation afin de produire du biogaz à partir des déjections des animaux d’élevage. Le Maine-et-Loire, de par son importante activité agricole, apparaît comme l’un des territoires moteurs de cette nouvelle énergie. Un pari sur l’avenir soulevant pourtant bien des questions et qui pourrait modifier durablement le paysage de nos campagnes.

L’apéro des villages
Il y a soixante ans, plus de trois millions de Français faisaient distiller de l’eau-de-vie issue des fruits de leur récolte. Les temps ont bien changé, mais bouilleurs de cru, gouttes en tout genre, épines et vins de noix n’ont pas complètement disparu chez nous. Derrière ces boissons, il y a toute une tradition ancienne et paysanne, faite d’autonomie, de troc et de partage, qui tranche avec nos sociétés standardisées.

On a passé 24 heures à l’Atoll 
À Beaucouzé, près d’Angers, le centre commercial l’Atoll fêtera en 2022 ses dix ans. Aujourd’hui avec la prise de conscience de la question écologique, un tel site n’aurait sans doute jamais vu le jour. Il cache en plus une profonde précarité des gens qui y travaillent. Pour en savoir plus, on a confié à notre journaliste la lourde tâche de passer une journée sur place.

Angers, vraiment si smart ?
Mais où en est la smart city d’Angers ? Avec ce projet, l’agglomération entendait construire la ville de demain. Deux ans plus tard, difficile de voir concrètement ce qui est mis en place. D’autant qu’Engie aux manettes du projet, pourrait être démantelé dans les prochains mois. Depuis, la ville a également été victime d’une importante cyberattaque rendant encore un peu plus sensible la question des données collectées.

Les dégâts écologiques de la smart city
Dans son dernier ouvrage, L’Enfer numérique, le journaliste Guillaume Pitron démontre comment le numérique, loin de résoudre tous nos problèmes environnementaux, peut avoir des conséquences catastrophiques sur notre planète. Alors le territoire intelligent est-il l’instrument miracle pour résoudre les problèmes de pollution d’Angers ? Nous lui avons posé la question.

Que sont devenus les cahiers de doléances ?
De janvier à mars 2019, dans le cadre du grand débat national lancé par Emmanuel Macron à la suite du surgissement des gilets jaunes, des cahiers de doléances sont installés dans les mairies. Dans le Maine-et-Loire, de nombreux citoyens se saisissent du dispositif pour porter leurs revendications d’une société plus juste. Un espoir vite douché. On a retrouvé ces cahiers, qui dorment sur une étagère aux archives départementales.

+Bonus en ligne : retrouvez des extraits des cahiers de doléances du Maine-et-Loire sur cette page.

La petite caravane dans la cité
Depuis juillet, faute de logement, une famille s’est installée en caravane dans le quartier populaire de la Roseraie à Angers. Une importante solidarité citoyenne s’est mise en place autour de ces quatre adultes et cinq enfants, dont un nouveau-né. Mais voilà que deux offices HLM les ont coup sur coup envoyés au tribunal pour les expulser du carré de bitume qu’ils occupaient sur le parking au pied de leurs immeubles.

La CCI, pourvoyeuse d’emplois précaires ? 
Avec 3 550 élèves en 2020, la chambre de commerce et d’industrie du Maine-et-Loire est le centre de formation des apprentis le plus important de la région. Si l’établissement entretient une image de marque et se dit « engagé et responsable », il multiplie les contrats précaires pour ses formateurs.

Hier applaudies, aujourd’hui suspendues 
Depuis le 15 septembre, toutes les personnes exerçant dans le médico-social doivent être vaccinées pour continuer d’exercer leur métier, sous peine d’être suspendues sans versement de salaire. On a retrouvé une vingtaine de ces soignantes qui naviguent entre colère et découragement.

La buraliste
Les Gauloises, c’est un peu comme un refuge pour les habitants du quartier populaire de Saint-Léonard à Angers. Il faut dire que derrière le comptoir du bar-tabac, Peggy est aux petits soins avec ses habitués.

Retrouvez le sommaire de nos anciens numéros ici.